Blog

Mon ado et le jeu vidéo qu’il veut comme cadeau

Le dilemme : faire plaisir avec son enfant avec le jeu qu’il nous demande depuis plusieurs semaines et le souhait de ne pas lui offrir l’addiction, la perversion…

Nous devons schizophrènes avec les jeux vidéo en tant que parent, LE garant des limites et d’une belle éducation, et LE parent aimant et qui veut faire plaisir : oui tu peux y jouer cela te fait plaisir mais si tu passes trop de temps je serai la première à râler, à trouver cela intolérable et j’aurai l’impression d’avoir échoué mon rôle éducatif.

Pour les scientifiques, voici des exemples de capacités que peuvent apporter les jeux vidéo à nos ados :

  • Meilleure attention visuelle, l’ado entraîne sa concentration et sa capacité à contrôler ses émotions. Cela permet de développer ses capacités déductives et une prise de décision rapide. Encourage l’intuition et la démarche par tâtonnement (faire pour comprendre) ainsi que la capacité de déduction (comprendre pour faire, anticiper).
  • Les jeux en réseau favorisent la socialisation, voire motive pour parler une langue étrangère.
  • Développement de la réflexion stratégique en stimulant la concentration, le repérage dans l’espace et les déplacements dans le plan, le traitement de l’information, la prise de décision et la collaboration grâce aux chats simultanés.
  • L’assiduité, la patience, accepter l’échec et persévérer.
  • Favorise l’altruisme et la réciprocité sociale, cela est d’autant probant que les ados retrouvent leurs compagnons de jeu à l’extérieur (rencontres « en vrai »).

Ils dénoncent également le côté sombres des jeux vidéo comme :

  • La violence et l’immortalité, d’où l’importance de ne pas sélectionner des jeux avec de la violence gratuite. Si l’ado passe trop d’heures devant des jeux violents, son comportement deviendra agressif et transgressif.
  • La pauvreté intellectuelle de certains jeux. Certains jeux ne fonctionnent que sur le plaisir immédiat et la facilité (besoin limité de penser).
  • L’isolement. Risque de manque de sommeil, d’absentéisme, d’échec scolaire, le retrait social voir la dépression. C’est le cas si le jeu vidéo est considéré comme un refuge pour éviter le monde.

Les rêvasseries permettent de réfléchir sur le monde, sa vie, de le réinventer et stimulent ainsi l’imagination. Les rêvasseries assistées par ordinateur dispensent de toute pensée.

C’est pourquoi il faut accompagner son ado dans sa pratique de jeu.

  • En gardant un œil sur le choix des jeux. C’est important de prendre le temps de regarder les avis sur un jeu vidéo avant de l’acheter.
  • Limiter le temps de jeu. Les jeux vidéo doivent rester un loisir parmi tant d’autres. Le cadre que vous mettez à votre ado doit rester pour garantir son rythme de sommeil, son apprentissage, son activité physique et sa vie sociale pour garantir un équilibre et son bon développement.

Arrêtons de nous flageller : oui c’est à cause de nous qu’il joue aux jeux vidéo, tout est une question de dose. Si l’ado apprécie de faire autre chose seul ou en famille, entre amis, tout va bien.

Enfin, n’hésitons pas à afficher dans notre foyer la citation suivante de Steve Jobs qui est applicable aux ados et aux adultes :

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre. »

Je reste à votre disposition pour toute question. Je suis à votre écoute. N’hésitez pas à partager cet article et d’y ajouter un commentaire.

Source : Les jeux Vidéos, une partie… de plaisir ? Magazine N°11 « Innovation en Éducation »

Mon ado et la solidarité… Comment l’encourager à penser aux autres

Le colis de Noël.

Voilà une superbe opportunité pour encourager son ado à penser aux autres en dehors de son cocon familial.

Cette année nous organisons l’opération « Un K’Ado pour un/e autre Ado ».

Sur l’idée lancée il y a plusieurs années par la Croix Rouge et les éditions Bayard, nous vous proposons de demander à votre ado de préparer un colis à partir des choses dont il n’utilise plus ou bien en utilisant son argent de poche. C’est occasion par conséquence de faire le tri dans ses affaires et de donner le surplus.

Aussi son objectif est de préparer dans une boîte à chaussure ou équivalente les objets suivants

il faudra juste préciser si le colis est destiné pour un ado garçon ou une ado fille ou qu’il est neutre  🙂 ) :

  • Un vêtement,
  • Un produit d’hygiène (savon, maquillage, crème pour les mains, des échantillons…),
  • Un loisir : 1 livre ou 1 jeu de société,
  • Un produit alimentaire (chocolats, barres de céréales, bonbons, chips, popcorn…),
  • Et le plus important un mot sur une belle carte de Noël (trouvée au fond d’un tiroir ou faite maison).

Votre ado a jusqu’au 20 décembre pour préparer cette boîte de Noël.

Vous n’aurez qu’à le déposer dans une antenne de la Croix Rouge proche de chez vous. Si vous habitez en Moselle Nord, vous n’avez qu’à nous envoyer un mail et nous viendrons chercher la boîte à votre domicile (sortirentreados@gmail.com).

Prêts ?

Votre ado a 3 semaines pour tout préparer.

C’est aussi l’occasion de lui parler du monde associatif.

A quoi sert une association ? Quelles sont celles qui existent dans votre village ou quartier ?

C’est l’occasion d’encourager votre ado, quel que soit son âge, d’intégrer une association en fonction de son temps libre et surtout de ses passions.

Pourquoi ne pas allez à la rencontre d’un bénévole de plusieurs associations pour une petite interview et de sélectionner celle qui lui tient le plus à cœur ?

Ainsi votre ado pourra donner un coup de main à une association 2H par semaine. Ce sera toujours 2H en moins sur les écrans 😉

Je reste à votre disposition pour toute question. Vous aider aussi si besoin à trouver une association que pourrait intégrer votre ado.

Mon ado et son sommeil…

10 conseils pour que votre ado se repose pleinement durant son sommeil

« Bon, il est midi, il est quand même temps que tu te lèves, tout le monde est à table et t’attend ! »

Vous avez déjà prononcé cette phrase si clichée du parent face à son ado et vous en avez marre ou bien cette phrase est votre pire cauchemar du dimanche midi ?

Le sommeil est très important pour tous les ados. Pour bien grandir, votre ado a besoin de temps de récupération, voici 10 conseils pour mettre toutes les chances de votre côté afin que celui-ci récupère dans les meilleures conditions :

1) Pas de portable dans la chambre durant la nuit. Dès que vous offrez un portable à votre ado, mettez en place cette règle. Si votre ado a déjà l’habitude de l’avoir avec lui/elle H24, commencer par des compromis (exemple : je viens chercher ton portable à 21H30…).

2) Laisser dormir votre ado. Il y aura des périodes durant lesquelles votre ado aura besoin de dormir plus que d’habitude (changement de saison, forte croissance de son corps, esprit occupé…).

3) Sa chambre doit être fraiche (18/ 19 °C) et calme.

4) La décoration de sa chambre doit être apaisante : couleurs non agressives, décoration zen, photos réconfortantes…

5) Si votre ado fait des siestes dans l’après-midi et dort peu la nuit : discutez avec lui/ elle pour comprendre son besoin de siestes pour trouver un autre rythme et garantir des phases de sommeil plus longues la nuit.

6) Pas de boisson avec de caféine (café, coca), boissons énergisantes et limiter les autres boissons sucrées entre le dîner et l’heure du coucher.

7) Encourager votre ado à lire un livre/ magazine/ BD pour instaurer un rituel à l’heure du coucher.

8) Pas de jeux vidéos avant l’heure du coucher et surtout pas de consoles de jeu dans la chambre de l’adolescent.

9) Si votre ado a du mal à trouver le sommeil, invitez le à écouter de la musique (musique des bruits de la mer, de la forêt, musique de films (la musique du « Grand bleu » fonctionne très bien 😉 ).

10) Pas d’activité sportive violente (musculation dans sa chambre, sport de combat…) avant le coucher.

Vous êtes mal à l’aise et ne savez pas comment en parler avec votre ado ? Votre ado s’énerve dès que vous lui parlez de ses heures de coucher ? Vous sentez votre ado perdu face à sa fatigue ?

Je suis à votre disposition pour échanger afin de trouver des solutions qui vous correspondent vous et votre ado. Ecrivez-moi.

Mon ado et sa méthode d’apprentissage… Comment l’aider simplement à trouver la sienne ?

« Fais des fiches je te dis… » « Surlignes les mots clefs… » « Dessine ta frise chronologique… » « Apprends pas cœur c’est pas compliqué… » que de bons conseils que vous donnez à votre ado et qu’il ne suis malheureusement pas malgré ses notes pas vraiment fantastiques.

Comment faire pour que votre ado apprenne ? et surtout qu’il apprenne mieux ?

Comment faire pour le moment des devoirs ne devienne plus un cauchemar ?

Le 1er conseil est de ne pas lui imposer la méthode qui vous a réussi quand vous étiez aux études car elle ne lui correspond peut-être pas. Ensemble, il va falloir trouver la méthode qui lui correspond, celle qui facilitera les devoirs du soir et des préparations aux contrôles.

            Puis, je vous propose de demander à votre ado quelle est sa méthode : dans quelles conditions apprend-il ? avec ou sans portable ? avec ou sans musique ? seul ou avec son groupe d’ami/es ?

Puis lui demander quels cas, la méthode utilisée lui a permis d’avoir des super notes ?

Le but est de lui faire prendre conscience entre ce qu’il/ elle pense être la méthode qui lui va et les effets qui ne sont pas au rendez-vous.

Est-ce qu’il/ elle passe 15 mn de révision ou bien 2 heures pour au final ne pas avoir la moyenne aux contrôles ? Si c’est le cas, il faut changer la méthode et vous allez l’aider à trouver la bonne. La méthode la mieux adaptée ne sera pas peut-être la 1ère testée, il faudra réessayer et persévérer ensemble.

Les méthodes les plus simples et efficaces sont les suivantes  selon son type de mémoire (visuel, auditive, kinesthésique…):

  • Apprendre en parlant à haute voix : l’ado résume avec ses mots les points clefs à retenir comme s’il expliquait son cours à une tierce personne.
  • Apprendre en faisant des fiches sur lesquelles il résume ses cours en phrases courtes et avec les mots clefs (utilisation de couleurs).
  • Apprendre en marchant et en faisant des gestes permettant de comprendre et de retenir ses leçons.
  • Apprendre en dessinant les points clefs de la leçon comme un ensemble de mini dessins (ses hiéroglyphes perso J ).
  • Votre ado a peut-être besoin de plus d’exemples concrets sur l’intérêt de sa leçon. Il a besoin de faire des recherches sur les applications pour venir dans un second temps à la théorie pour mieux l’assimiler.
  • Apprendre avec le Mind-mapping : schématiser en couleur les éléments clefs de la leçon et construire une arborescence logique avec des mots clefs et des dessins simplifiés.

Votre ado peut évidemment mélanger certaines méthodes pour trouver celle avec laquelle il se sent plus à l’aise.

Le parent n’a pas à juger la méthode choisie. Nous sommes tous différents qu’importe comment nous apprenons tant que nous avançons et comprenons. A vous de valider ensemble la méthode la plus appropriée au regard des notes avec votre ado, le principal reste le ressenti de l’ado sur ses efforts fournis par rapport aux résultats.

Vous êtes mal à l’aise et ne savez pas comment en parler avec votre ado ? Votre ado s’énerve dès que vous lui parlez de ses notes ou que vous vous intéressiez à son travail ? Vous sentez votre ado perdu face à ses devoirs ? Je suis à votre disposition pour échanger afin de trouver des solutions qui vous correspondent vous et votre ado.

Mon ado a un.e petit.e ami.e

Maman, est-ce que U. peut venir week-end ?

Mais, qui est U. ? Où l’as-tu connu ? Depuis combien de temps ? Quel est son âge ? Dormir à la maison ? dans quelle chambre ? Ses parents sont-ils au courant ? Mais est-ce que vous avez… ?

Que de questions que l’on se pose dans de telles circonstances. Je vous rassure dans tous les cas, nous ne saurons pas tout et tant mieux ! Que faire quand votre ado vous impose son/ sa petit/e ami/e ?

Oui je dis bien IMPOSER car parfois, pris de court, ce n’est pas évident de dire non sans arguments. Donc la 1ère leçon serait de prendre le temps de réfléchir, seul/e ou en couple pour se mettre d’accord sur les règles à respecter. Quelles sont vos valeurs ? N’oubliez pas qu’entre ce qu’on pensait faire quand cela arriverait un jour… aux 30 ans de notre enfant car celui-ci est toujours trop jeune à nos yeux pour passer le cap…. et aujourd’hui il y a un fossé. Comme à chacune des expériences de parent traversées depuis sa naissance.

Un seul objectif : Faire de son mieux et s’assurer que les bases fondamentales sont appliquées = Se respecter et respecter l’autre.

Vous êtes à ce jour le seul adulte responsable de l’éducation de votre ado. Donc oui vous pouvez imposer vos règles comme par exemple :

  • Attendre un certain temps avant de rencontrer l’amoureux/euse de votre ado,
  • S’assurer que votre ado se protège lui et son/ sa partenaire au cas où…
  • Lui demander si les parents de l’autre côté sont au courant également, prendre leurs coordonnées,
  • Si vous êtes prêts, faire dormir les tourtereaux dans des lits séparés, dans des chambres différentes…

N’ayez pas honte d’être vieux jeu. Votre ado préfèrera toujours (avec le recul évidemment) que vous le protégiez plutôt que tout lui céder.

Dans tous les cas, si l’invité/e est sympa et correcte, c’est sûr vous allez vous y attacher. C’est ça le plus difficile. Quand un/e nouvel/le ado arrive qui partage une partie de notre quotidien et qui fait des efforts pour s’adapter et bien on apprécie de le/ la voir arriver. Donc oui cela fera bizarre quand vous verrez arriver quelqu’un d’autre mais ce n’est pas vous qui choisissez ne l’oubliez pas. Il faut rester souple tout en restant intègre avec certaines règles. Certaines règles vont indéniablement être plus flexibles avec le temps que ce que vous pensiez au début. Qu’importe ! en cas de doute, on revient à toujours l’essentiel en cas de doute : le bonheur de son ado et le respect pour tous.

Communiquer clairement vos règles à votre ado pour éviter tout malentendu. Vous pouvez également lui exprimer le fait d’être mal à l’aise sur ce sujet pour en parler et pourquoi pas trouver des compromis si besoin. Le temps permet, comme toujours, de ne pas se précipiter pour regretter par la suite,  c’est valable pour vous et votre ado 😉

Vous êtes mal à l’aise et ne savez pas comment en parler avec votre ado ? Une situation s’est installée chez vous et cela ne vous convient pas ? Je suis à votre disposition pour échanger sur vos problématiques afin de trouver des solutions qui vous correspondent et que votre ado comprendra.

Oui, votre ado peut sortir de sa caverne

Beaucoup d’ados arrêtent les activités extra-scolaires à partir du collège ou du lycée. Le parent se plaint alors que son ado ne sorte de sa chambre que pour aller en cours, qu’il est motivé par rien. Dans cet article nous allons voir l’intérêt pour vous et votre ado qu’il fasse une activité extra-scolaire. Un seul rappel pour que votre initiative fonctionne : vous être l’adulte (celui qui sait et qui accompagne) et lui/ elle l’enfant (l’apprenant).

Alors oui cette année, vous allez pousser votre ado à s’inscrire à une activité extra-scolaire. Et s’il ne sait pas quoi faire et bien c’est vous qui allez choisir pour lui/ elle. Vous connaissez assez votre ado pour savoir ce qui pourrait lui plaire, selon votre budget et le lieu de l’activité. Et s’il/elle arrête en Juin à la fin de la saison, ce n’est pas grave, cette expérience aura toujours été enrichissante pour lui/ elle. C’est VOTRE rôle de parent de ne pas le laisser choir devant un écran sur tout son temps libre.

Alors oui, même si c’est un fardeau pour nous sur le moment … fait se l’avouer… on n’a pas toujours envie de bouger le week-end ou le soir après le boulot, c’est important pour nos ados de leur montrer notre intérêt à leurs activités. Cela renforce notre complicité et permet de mieux connaître notre ado.

Le voir s’amuser, faire de son mieux, persévérer, ou se défouler, nous permet de le voir sans qu’il nous voit… à part si vous êtes le parent qui hurle dans les tribunes, contestataire invétéré des décisions de l arbitre… ah c’est horrible les parents gueulards… ça met la honte à tout le monde.

Bref, observer notre ado quand il ne vous a pas vu. Le voir bouger, parler, jouer avec les autres et toujours intéressant pour détecter quelque chose qui ne lui convient pas, pour évaluer par nous même son intégration au sein d’un groupe, comment l’entraineur/ le prof est avec notre ado.

Oui c’est important de récupérer notre ado après son cours de musique, son entraînement.

Oui c’est important d’aller à ses galas, à ses matchs même s’ils sont loin de chez nous. Nous l avons inscrits, nous l’incitons à bouger, à faire de nouvelles expériences, à nous également de lui montrer que nous sommes fiers de ses efforts. A nous, de nous bouger les fesses, de lui montrer que nous aussi nous faisons des efforts même si nous sommes fatigués ou forts occupés.

Allez voir votre ado seul/e ou avec votre moitié, avec ses frères et sœurs. Qu’importe, dans tous les cas, votre ado sera content, gêné sans doute mais il/elle s’en rappellera … un jour… de son public rien que pour lui/elle, des encouragements et des mots de réconforts.

Tout cela participe à la construction de vos souvenirs en commun. Et puis ces moments ensemble, c’est toujours une bonne raison de manger un petit truc réconfortant qu’on ne mange pas au quotidien…des bonbons, un fastfood, ses gâteaux préférés, une boisson pas trop toxique.. un petit quelque chose qu’il/ elle apprécie particulièrement….

Oui les activités extrascolaires alourdissent l’agenda de la famille surtout s’il fait ajouter les matchs (!!) mais on ne va tout de même pas râler alors qu’on est content de passer du temps avec lui/elle, qu’on est fier que de voir bougé notre ado loin de sa chambre caverne et qu’il/ elle fasse des activités encadrées.

L’adolescence est une période durant laquelle notre ado a tout aussi besoin de s’isoler pour se construire paisiblement que d’intégrer un groupe ayant une passion commune. C’est à nous parent de l’obliger parfois, et oui j’utilise bien le mot obliger quand nous avons le sentiment profond que notre ado a besoin de découvrir autre chose pour mieux s’épanouir. Rappelez-vous quand vous l’avez obligé de découvrir le goût de chaque légume quand il/ elle était tout petit/e… il en fallait de la patience, on a réussi donc on sait faire. C’est à nous de le pousser. Un ado doit encore découvrir plein de choses inconnues. Comme c’est inconnu, c’est normal qu’il ait peur et par conséquent qu’il soit réticent à vos propositions d’activités. MAIS c’est à nous parent de l’encourager encore et toujours pour cultiver son ouverture d’esprit. C’est à nous de le/ la mettre dans des positions où il va apprendre à s’étonner lui-même et gagner en confiance en lui/ elle. Ayez confiance, vous lui montrez encore et encore le chemin à suivre jusqu’à son autonomie complète.

Alors, que fait votre ado comme activité cette année ? Rencontrez-vous des problèmes pour l’accompagner à s’inscrire dans une activité ? Si oui, lesquelles. Je suis à votre disposition pour échanger avec vous pour vous motivez dans votre rôle de parent.

Si vous ne savez pas à quelle activité inscrire votre ado, je me tiens également à votre disposition pour en parler.

L’Humour pour détendre l’atmosphère

Je me suis rendue compte que le passage de l’enfant à l’ado se traduit par moins de rires spontanées sur des attitudes ou des mots décalés.

Quand la tension est palpable entre le parent et l’ado, l’humour sert néanmoins de pommade. Non les problèmes ne seront pas résolus mais cela apporte un peu d’oxygène entre nous et l’ado.

Le rire nous libère parce qu’il nous permet d’être spontanés, et il possède intrinsèquement un élément de jeu. Un seul éclat de rire détend bien plus que de nombreuses activités qui ont cette même vocation. De ce fait, le rire a cette propriété magique de nous renouveler et d’améliorer notre disposition face au monde. Le but est vraiment de briser la glace gelée entre l’ado et le parent.

Pour désamorcer un moment lourd le soir par exemple et en très petit comité (toujours), ci-dessous des idées pour détendre l’atmosphère :

  • Faire le perroquet,
  • Faire des rimes,
  • Faire des grimaces,
  • Prendre des accents étrangers,
  • Faire une blague (devinette),
  • Faire un jeu de mots,
  • Parler en chantant,
  • S’habiller flash/ n’importe comment pour décontenancer votre ado et briser la glace,
  • Oser se moquer de soi-même.

Attentions néanmoins aux pièges :

  • Évitez la répétition, cela peut vite devenir ennuyeux.
  • Le timing est très important pour faire rire. Choisissez donc le bon moment au cours d’une conversation pour faire une remarque humoristique et quand tout le monde vous écoute afin qu’elle ne tombe pas à plat.
  • Surprenez votre public.
  • Pas de sarcasme.
  • Pas de moquerie sur l’entourage proche de votre ado.
  • Restez vous-mêmes.

Rire en famille permet de renforcer les liens qui unissent parents et enfants.

Alors, prêt à casser la baraque ?

Je reste à votre disposition pour en parler avec vous. N’hésitez pas à laisser vos témoignages.

Source : https://nospensees.fr

Moi qui passe du temps avec mon Ado

Connaissez-vous votre ado ? Un peu… beaucoup… pas du tout… trop… ou pas assez…

Et lui/ elle, vous connaît-il/elle ? Un peu… beaucoup… pas du tout… trop… ou pas assez…

Il n’y a pas de solution miracle pour créer du lien avec son ado, il faut passer du temps ensemble. Être ensemble, même si l’ado a un look auquel vous n’adhérez pas, même si l’ado semble en colère H24, même si l’ado est accroché à ses manettes… Vous êtes l’acteur principal de cette histoire que vous allez créer avec lui/ elle. Si vous ne faites rien, il ne se passera rien.

Que faire avec cette jeune personne qui n’a envie de rien ou qui a des envies très différentes des vôtres ? Faites simple et quelque chose qui a du sens pour vous :

  • Une balade dans un endroit où vous pourrez lui raconter votre histoire ou la sienne quand il/ elle était plus jeune.
  • Aller voir un film au cinéma et partager ses ressentis après.
  • Aller à un festival/ un match/  concert/ une expo….
  • Faire une activité sportive ensemble/ une course running ensemble.
  • Aller dans un resto…

Attention évidemment à ne pas aller sur un terrain qu’il/ elle déteste (par exemple si l’ado n’aime pas du tout le sport ne lui organisez pas un petit running 😦 )… L‘objectif n’est pas d’être dans la confrontation ou la force mais plutôt dans la surprise et le partage. Expliquez-lui le choix de l’activité ensemble et pourquoi vous avez envie de partager ce moment avec lui/ elle.

Dans tous les cas, SORTEZ avec votre ado. Amenez-le sur un terrain inconnu pour lui/ elle afin de ne pas avoir (trop) de comparaisons et le/ la garder éveiller au moment présent.

Si ce tête à tête ne s’est pas passé exactement comme vous le souhaitiez, ce n’est pas grave. Votre effort est une petite graine que vous avez semée. Demandez-lui ce qu’il/elle a aimé et moins aimé et pourquoi. Le but de ce moment ensemble est d’avoir aussi bien partagé des temps de silence que de discussion.

Alors, quel sera votre moment de complicité avec votre ado dans les 20 jours à venir ?

Je reste à votre disposition pour en parler avec vous. N’hésitez pas à laisser vos témoignages.

Mon ado et l’argent… l’importance de son éducation financière

Comment et Pourquoi éduquer son ado à l’argent ?

Pour éviter que votre ado ne devienne plus tard un acheteur compulsif ou un radin en herbe, le mieux est parler d’argent avec lui/ elle. Parler argent n’est pas tabou car si vous avez des difficultés financières, votre ado le saura tôt ou tard et si vous êtes dans l’aisance votre ado doit comprendre que l’argent ne pousse pas dans les arbres.

Oui, on peut dire son salaire à son enfant. L’argent ne tombe pas du ciel et le distributeur ne nous donne pas des billets à l’infini. Tout s’explique. Notre salaire peut dépendre de notre niveau d’étude, de nos choix professionnels ou d’une situation personnelle. Oui parfois on travaille beaucoup pour peu. Parfois on travaille peu pour beaucoup. Pour parler Argent avec votre ado, il faut être à l’aise avec et de ne pas se forcer.

Oui Épargner est une notion importante sur laquelle nous devons éduquer notre ado qui a grandi dans l’instantané. Ce n’est pas parce que je veux quelque chose que je l’aurai demain. C’est justement l’occasion de définir avec lui un projet en commun (sortie en parc d’attraction, week-end découverte, achat d’un jeu…) et de voir comment épargner dans ce sens. Nous montrons l’exemple à nos enfants également dans nos comportements de nos dépenses.

Oui parfois nous pouvons flamber car nous en avons besoin, cela fait du bien. Oui parfois il faut se serrer la ceinture pour finir le mois. Oui nous pouvons recevoir de mauvaises nouvelles par courrier comme de bonnes. Dans tous les cas, à nous de définir le plan pour affronter cela. Nos ados subissent comme nous les dépenses non prévues, les crédits pris pour éteindre un feu. Autant leur en faire profiter quand il y a des remboursements inopinés ou des primes pour notre travail fait en plus. Nous devons les éduquer à construire des plans dans toutes situations.

Les ados ne doivent pas être au courant de tout, l’essentiel suffit le but n’est pas de leur donner ou transmettre notre stress. Le plus simple est de leur en parler quand nous avons déjà un plan en tête.

Oui parler argent même quand nous sommes dans le confort est intéressant pour les ados car demain ce sera à eux de gagner leur vie (légalement) en toute autonomie pour subvenir à leurs besoins.

Parler argent, c’est parler de partage avec ceux qui en ont moins. C’est parler d’inégalités. C’est accepter que nous ayant moins et d’autres plus. Il n’y a pas de gentils, ni de méchants.

Alors, pour ou contre l’argent de poche ? Quel montant ? À partir de quel âge ? Quelle est votre position par rapport à tout cela ?

J’attends vos retours et remarques. Je reste à votre disposition si vous souhaitez être accompagné/e et soutenue pour parler éducation financière.

Mon ado et son tel… 5 astuces pour limiter les conflits à la maison

Savez-vous que plus d’1/3 des 18-24 ans consultent leur smartphone dans les 5 minutes suivant leur réveil, 42% dans les 30 premières minutes et 59% dans l’heure?*

Et vous, quelle relation votre ado a-t-il avec son téléphone? Combien de temps passe-t-il avec son téléphone? En est-il addict?

Pour que le temps passé par votre ado sur son téléphone devienne raisonnable et qu’il n’y ait plus de tension au sein de votre foyer, je vous propose 5 astuces:

Astuce N°1: Pas de téléphone au repas. Tout le monde dépose son téléphone sur un meuble en dehors de la cuisine ou bien les mettre en silencieux dans un 1er temps.

Astuce N°2: Offrez une montre non connectée à votre ado pour qu’il ait l’heure instantanément sur lui/ elle tout au long de la journée.

Astuce N°3: Durant le week-end, offrez à toute votre famille au moins 1h sans téléphone. Ce sera l’occasion d’aller se promener, de faire un jeu ou de regarder un bon film tous ensemble.

Astuce N°4: Offrez un radio-réveil à votre ado pour qu’il/elle se réveille avec sa radio préférée en toute autonomie et en douceur. Son téléphone peut rester loin de lui/elle durant son sommeil 😉

Astuce N°5: Montrez l’exemple! et oui souvent, nous aussi, notre portable est greffé dans notre main. Vérifier que lorsque vous lui parlez des règles relatives à son portable, vous n’avez pas en main le vôtre 😉

A vous de jouer !

Merci de me donner vos propres trucs & astuces pour que votre ado ne soit pas addict au portable ou vos retours si vous avez mis en applications les astuces proposées. Qu’est-ce qui a été facile? Qu’est-ce qui l’a été moins? Avez-vous besoin d’aide et de soutien pour vous aider à mettre en application ce type de règles et limiter les disputes avec votre ado au sein de votre foyer? Je suis à votre disposition pour en parler. Contactez moi sans hésiter!

Abonnez-vous à ce blog pour être informé(e) de la publication du prochain post qui vous aidera à entretenir des relations sereines avec votre ado 🙂

*Source: « Détox Digitale, Décrochez de vos écrans ! « de Thibaud Dumas et Gwendoline Blosse